18 juin

Le réalisme en sciences sociales– état des lieux

Colloque

  • Allée du palais universitaire campus UCO Angers © Julien Knaub | UCO

    Comment le nominalisme et le réalisme se manifestent-ils dans les disciplines du droit et de l’économie ?

    Organisé par le Centre de Recherche en Éthique et Droit de l’Ouest (CREDO) et l'équipe de recherche Éthique et Gouvernance de l’Entreprise et des Institutions (EGEI), ce colloque souhaite entamer une prise de conscience dans les sciences de l’homme, en commençant par le droit et l’économie.

    Le réalisme de Platon et d’Aristote a inspiré les universités européennes dès leur invention au 12e siècle. Longtemps considéré comme « la » philosophie, ou philosophie « pérenne », ce grand héritage intellectuel a ensuite été abandonné sous l’impact du nominalisme des Lumières. Pour être exact, il a été amputé. Selon Aristote, toutes les choses ont des causes finales, formelles, efficientes et matérielles. Mais le nominalisme ne veut rien entendre des deux premières. Il veut enfermer l’analyse scientifique dans les deux autres. Le seul objet digne de la vraie science serait d’étudier les mécanismes de transformation des choses du monde matériel. En revanche, elle ne saurait rien savoir sur les essences de ces choses et sur leurs finalités.

    Le réductionnisme nominaliste a ravagé les sciences et les universités, même dans les disciplines dont l’objet est l’action humaine. C’était un triomphe, sans doute, mais était-ce une victoire ? Comment parler d’actions humaines, telles qu’elles sont et telles qu’elles devraient être, sans invoquer leurs finalités ? Comment pratiquer l’analyse juridique ou économique sans reconnaître, au moins tacitement, l’universalité de leurs concepts fondamentaux tels que « obligation », « tort », « choix », « rareté », « bien », succès », « erreur » ou « valeur » ? Et pourtant le Droit naturel a cédé sa place au Droit positif ; et l’économie classique d’Adam Smith et de Jean-Baptiste Say a été remplacée par l’économétrie et la modélisation contemporaines. Le nominalisme a été mis en cause au sein des sciences de la nature (voir Etienne Gilson, Raymond Ruyer, Edward Feser et maints philosophes de nos jours).

    L’objet du présent colloque est d’entamer une prise de conscience dans les sciences de l’homme, en commençant par le droit et l’économie. Comment nominalisme et réalisme se manifestent-ils dans ces disciplines ? Quel est leur impact analytique ? Quels gains, quelles pertes ? Cette interrogation générale sera précisée par des intervenants économistes, juristes, gestionnaires, philosophes et politologues.

     

    Consulter le programme

     
    thèmes abordés lors du colloque "Le réalisme en sciences sociales – état des lieux"
    • Les présupposés nominalistes en droit de la famille
    • Les présupposés nominalistes en droit des sociétés
    • Les présupposés nominalistes de la politique de la famille
    • Les touts et les parts en analyse économique
    • Le concept d’ordre économique
    • Théorie des ordres économiques
    • L’économie de marché a-t-elle une finalité ?
    • L’interventionnisme a-t-il une finalité ?
    • La finalité de l’interventionnisme monétaire
    • La théorie générale des fonctions économiques
    • L’entrepreneur – une fonction ?
    • Les fonctions de la monnaie
    • La théorie des « composantes » du taux d’intérêt
    • « Propriétaires » ou « usagers » ?
    • Les fictions en analyse économiqueLes fictions dans le droit
    • Micro-fondations de la macroéconomie
    • Nominalisme et interventionnisme
    • Propriété et contrôle effectif – retour sur Keynes (1925) et Berle-Means (1932)
    • Le rejet du réalisme des hypothèses en analyse économique par Friedman (1953)
    • Le rejet de l’holisme méthodologique par Hayek (1952)
    • La monnaie selon Simmel (1900)
    • L’origine des institutions selon Menger
    • Les nations selon Mises
    • Essences et finalités : la théorie économique peut-elle être réaliste ?
    • Essences et finalités : limites de la politique économique
       

    Vendredi 18 juin 2021 | 9h30

    S'inscrire au colloque

Contact

Directrice du CREDO | enseignant-chercheur

Hélène TERROM
helene.terrom@uco.fr

Responsable de diplôme

Olga PENIAZ
openiaz@uco.fr

Contactez-nous